soutenance de thèse « POLDER and the Age of Space Sciences. A Study of Technological Satellite Data Practices » par Gemma Cirac

POLDER and the Age of Space Earth Sciences. A Study of Technological Satellite Data Practices”.

 

Elle aura lieu le vendredi 19 décembre à 14.30h au Centre  Alexandre Koyré, au 27 rue Damesme (Paris, 75013) dans la salle de séminaires du cinquième étage.

 

Jury :

David Aubin, Université Pierre et Marie Curie

Michel Avignon, Centre National d’Etudes Spatiales

Didier Bazalgette, Direction Générale de l’Armement

Paul N. Edwards, University of Michigan School of Information (rapporteur)

Hervé Le Treut, Institut Pierre Simon Laplace (rapporteur)

Dominique Pestre, Ecole des Haute Etudes en Sciences Sociales (co-directeur)

Isabelle Sourbès-Verger, CNRS-Centre Alexandre Koyré (co-directrice)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes convié(e)s.

Au plaisir de vous y rencontrer,

Gemma Cirac Claveras.

 

 

Résumé

Cet essai porte sur les « pratiques technologiques » de collecte, production, stockage, dissémination et utilisation des données satellitales appliquées aux sciences de la Terre en France. Par la description d’un processus de « conciliation-normalisation », nous étudions les efforts engagés par les promoteurs des technologies spatiales (au CNES, au CNRS et dans les universités) pour enrôler une large communauté scientifique dans l’exécution des expériences spatiales, et notamment pour attirer des chercheurs issus de divers domaines des sciences de la Terre. D’un côté, les technologies spatiales doivent s’adapter aux pratiques et représentations de ces disciplines; de l’autre, l’appropriation des données satellitales demande aux chercheurs un apprentissage, car les types de données sont étrangers à leur expertise. C’est pendant ce processus, ayant lieu entre 1980 et 2000, que des objets de recherche, des outils et des méthodes, ainsi que des communautés scientifiques se sont forgées, des communautés partageant la croyance que les données satellitales (sous plusieurs formes) sont des outils pertinents pour l’investigation scientifique.

Notre étude de cas s’intéresse au traitement des données du radiomètre POLDER. La configuration socio-technique en jeu, empruntée à la NASA, opère un certain nombre de cadrages. Elle donne une place dominante aux données et aux processus ayant une signification géophysique explicite, par rapport à d’autres types de variables. Elle met en avant une communauté épistémique spécifique. Elle privilégie certaines pratiques technologiques, ainsi que des formes particulières de production, de stockage et de livraison de données. Elle influe également l’architecture et la planification des missions. Finalement, cette dynamique oriente les modes d’usage des données et les rend difficilement utilisables par d’autres chercheurs. Nous avons ainsi analysé le cas spécifique de certains modélisateurs du climat dont les travaux nécessitent des données produites suivant d‘autres figurations, parfois opposées à la « norme ».

Mots clé : données satellitales – sciences de la Terre – histoire des sciences et des technologies – ère spatiale – études du climat – CNES et NASA – études des sciences

 

Summary

This dissertation deals with the technological practices of gathering, production, storage, diffusion and utilization of satellite data in support of studies related to the Earth sciences since the 1980s in France. Within a process that we have called of reconciliation-normalization we illustrate the efforts committed by space technologies promoters (at CNES, CNRS and universities) to enlist more of the scientific community in the execution of space experiments and, particularly, to attract the Earth scientists to enter that domain. Space technologies must get adapted to the current practices and representations of Earth scientists and, at the same time, Earth scientists must learn how to integrate satellite data in their corpus of scientific tools and practices, for the kinds of data that come available are foreign to their previous experience. We illustrate some of the efforts for creating a scientific community convinced that satellite data are credible tools for scientific enquiry.

In particular, we analyze the specific mode of handling the data acquired by the radiometer POLDER as a socio-technical figuration borrowed from NASA’s practices, which relies on a representation that conducting research in the domain of Earth sciences means analyzing geophysical data and that the world is inherently of geophysical nature. This figuration rises up an epistemic community holding knowledge in a set of technological practices, preconizes a form of data production, storage and delivery and casts a form of mission architecture and planning. Complex and sensitive to priorities in terms of geophysical datasets, this configuration results poorly adapted to the demands of other scientists. We have specifically analyzed the case of climate scientists close to the practice of numerical modeling who interpret data with alternative approaches and require access in other forms, sometimes opposed to the “norm”.

Key-words: satellite data – Earth sciences – history of sciences and technologies – space age – climate studies – CNES and NASA – sciences studies


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *