Emergence de la coopération spatiale internationale de 1950 à 2000

L’effroyable violence de la puissance nucléaire a fait prendre conscience au monde entier  de la fragilité de notre existence sur Terre et des dangers de la technologie non contrôlée. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, dans le but de dominer leur adversaire stratégiquement et anticiper une potentielle attaque nucléaire, l’URSS et les États-Unis, deux géants politiques disposant de grandes ressources financières, commencent à s’intéresser aux applications spatiales. Alors que dans les années 50, l’industrie des lanceurs est à ses premiers balbutiements, les deux superpuissances rivalisent d’ingéniosité pour  se devancer. A l’origine tous deux intéressés par la technologie des missiles intercontinentaux, leur intérêt va se porter peu à peu sur la reconversion de cette technologie pour la satellisation. Cette compétition  s’officialise définitivement lorsqu’en 1957 après la déclaration de son lancement officiel à l’occasion de l’Année Géophysique Internationale, le premier satellite, baptisé Spoutnik 1, fut envoyé sur orbite par l’Union soviétique. Cet événement marquant de l’histoire des sciences fut aussi le coup de sifflet de la course à l’espace, la recherche scientifique prend  alors une toute nouvelle  ampleur.  Les Etats-Unis, jusqu’alors convaincus de leur supériorité technologique sur l’URSS et donc déstabilisés par cette longueur d’avance qu’ont les Soviétiques, se voyant toutefois à l’avant-garde de la technologie, n’hésitent pas à investir des millions afin que le secteur du spatial prenne son envol. Cet enthousiasme effréné pour la conquête spatiale sur fond de tensions politiques fera du secteur spatial un vrai élément de prestige et une démonstration de pouvoir mais commencera à s’étioler à cause du marasme économique que connait l’URSS qui va la faire sombrer peu à peu et mettre à mal le budget que les Soviétiques consacrent  à la recherche et à l’innovation. Les Etats-Unis affirmeront  pleinement leur domination lorsqu’en 1969, Neil Armstrong foule pour la première fois de l’histoire de l’humanité le sol lunaire.

spoutnikSpoutnik 1 (58 cm)

A cette époque, un éveil de conscience vient entériner la certitude des superpuissances que la maitrise du milieu spatial, comme il fût un temps pour le milieu maritime ou aérien,  revêt une dimension stratégique. L’espace devient alors un véritable atout pour la défense nationale. Toutefois, les États-Unis et l’URSS réalisent bien assez tôt que l’appropriation de l’espace extra-atmosphérique à des fins militaires est une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes dans la mesure où ils seraient dans l’incapacité de contrôler ce qui s’y passe.  L’Union Soviétique pose les premiers jalons de la coopération internationale dans le domaine scientifique en proposant en 1958 au siège de l’Organisation des Nations Unis de créer le comité international de coopération consacré à l’étude de l’espace à des fins pacifiques.  Le traité de l’espace, ratifié en 1967, et le traité sur la Lune,  signé en 1979, poseront par la suite le cadre légal en sacralisant le principe de non appropriation de l’espace et des objets célestes. C’est grâce à ces traités que la vraie coopération spatiale internationale va pouvoir s’intensifier dans le domaine scientifique.  Pendant la période de détente à partir de 1975, caractérisée par un apaisement des tensions politiques entre États-Unis et URSS pendant la guerre froide, on décompte plus de 20 accords internationaux et plus de trente conventions et accords interinstitutionnels ayant pour objectif de renforcer la coopération pacifique.

530x_10-octobre10 octobre 1967 © ONU

Lorsqu’en 1961, Youri Gagarine  s’exclama « Je vois la Terre… c’est magnifique ! » à bord du vaisseau spatial Vostok 3KA, il devient le premier homme à observer la courbure du globe terrestre depuis l’espace. Les sciences spatiales ont depuis modifié le rapport de l’Homme à son environnement et sa conception du Monde. Elles ont une vocation qui va au-delà des divergences politiques et servent l’humanité toute entière. C’est aussi sur ce postulat que se fonde la coopération scientifique. Un exemple emblématique de cette coopération est l’amarrage du vaisseau spatial Soyouz et américain Apollo en 1975 donnant naissance à la première équipe soviéto-américaine dans l’espace. Parallèlement, les agences spatiales s’ouvrent à d’autres pays partenaires, comme le CNES  en France ou la DLR en Allemagne. Depuis 1957, toujours plus de pays aspirent à devenir des puissances spatiales et jouent la carte de la coopération pour permettre de rentabiliser leurs investissements tels la Chine, l’Inde ou le Brésil dans les années 80.  Le réseau de coopération se complexifie avec toujours plus d’accords-cadres et traités internationaux.

Amarrage du vaisseau Soyouz-Apollo en vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=r2G1BbiDil0

Souvent vue comme un emblème de la coopération spatiale, l’une des machines les plus complexes jamais fabriquées par l’homme, la station spatiale internationale est un laboratoire de recherche de haut vol. Sa création est le fruit de la collaboration entre les agences spatiales américaine, russe, européenne, canadienne et japonaise. La mise en orbite de la première pièce du puzzle, le module central d’origine russe Zarya, marque seulement le début de l’assemblage en 1998 car plusieurs dizaines de nouvelles pièces vont être livrées dans la décennie qui suivra. Depuis 1998, une centaine d’astronautes, venant toutefois en grande majorité des pays développés, se sont relayés dans la station spatiale internationale, technologie d’un nouveau siècle, pour travailler sur les effets de l’apesanteur sur la biologie humaine, l’astronomie et la science des matériaux.

Il est clair que le domaine spatial a eu un impact considérable sur la politique internationale de la deuxième moitié du 20ème siècle et constitue, pour paraphraser Neil Armstrong, « un grand pas pour l’humanité ». La diplomatie scientifique a pris le pas dans le but d’étudier un milieu encore peu connu de l’Homme mais dont les secrets seront, on l’espère, bientôt révélées. Depuis 1957, les agences spatiales se sont multipliées et l’exploration spatiale a le vent en poupe. On peut citer notamment la mission spatiale de la CNSA sur la Lune (Programme Chang’e) ou la mission spatiale de l’ISRO sur Mars (Programme Mars Orbiter Mission, Mangalyaan). Toutefois, ces grands projets scientifiques ont été décidés il y a de cela plusieurs décennies et l’avenir de l’exploration spatiale reste encore incertain. Le passage au 21ème siècle correspond davantage à un virage de bord de la politique spatiale en ce sens qu’il marque aussi la rationalisation du secteur et le prépare aux nouveaux défis qui l’attendent comme la crise économique et la mondialisation.  Les applications spatiales et leur commercialisation semblent prendre de plus en plus le pas sur l’exploration, en tous cas en Europe, où le domaine des télécommunications est vu comme le fer de lance de l’économie.

Martin Sarret


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *