Sécuriser l’espace extra-atmosphérique : diplomatie spatiale jusqu’en 2030

Rocket

Obama & Poutine,  USA Today & Reuters ©

Avec la participation de:

Florence Gaillard-Sborowsky, chargée de recherche à l’FRS
Xavier Pasco, chargé de recherche à l’FRS
Isabelle Sourbès, chercheur senior au CNRS

—————————————-

Depuis l’avènement des technologies spatiales, mais aussi bien avant pendant la course aux missiles balistiques intercontinentaux, l’Union Soviétique et les Etats-unis s’opposent et cherchent à se donner le premier rôle sur la scène internationale. Affirmer leur domination est un comportement étroitement lié au dilemme de sécurité. En fait, c’est parce qu’une puissance se sent menacée qu’elle aspira à s’armer plus lourdement. C’est la raison pour laquelle, depuis l’attaque surprise de Pearl Harbor en 1941, un grand traumatisme pour les États-Unis, les hommes politiques américains vont donner une place prépondérante à la question de la sécurité nationale dans le débat politique. Encore aujourd’hui, les Démocrates et les Républicains se renvoient la balle sur la question de la sécurité pour convaincre l’électorat.

Au pays de l’oncle Sam, la politique de sécurité nationale traite en même temps des sécurités nucléaire et spatiale car elles présentent en effet des aspects similaires, elles concernent toutes deux par exemple des technologies avancées ou constituent un atout stratégique de poids. Pour une puissance économique et militaire qui repose très largement sur son infrastructure d’informations comme les Etats-unis, la protection de ses satellites dans l’espace extra-atmosphérique est une évidence si l’on veut éviter de paralyser le pays tout entier. C’est la raison pour laquelle on observe du côté des Américains un investissement conséquent et régulier dans la technologie ASAT pour se prémunir, dans un cadre purement théorique, d’une éventuelle attaque surprise. Cette façon de concevoir la politique de sécurité se caractérise par une approche libérale de l’économie, qui promeut un maximum d’interactions avec les acteurs économiques extérieurs par une minimisation du rôle des frontières dans le commerce, et en revanche, une approche excessivement conservatrice dans le secteur militaire, dédaignant tout projet international relatif à la sécurité, que cela concerne la non-prolifération des armes ou l’établissement d’un code de conduite international. Par ce biais, les Etats-unis s’assurent une marche de manœuvre des plus larges pour le développement de ses armes. Cette fine stratégie politique est particulièrement visible dans l’administration Carter ou Clinton. Mais encore de nos jours, l’administration Obama boycotte tout code de conduite pour continuer la folle course aux armements sous prétexte qu’il serait difficile de vérifier que toutes les puissances spatiales l’appliquent.

obama-un-speech-israelObama au siège de l’ONU, Spencer Platt ©

Cette primauté donnée à la sécurité nationale est partagée également par les russes car eux aussi, se sentent réellement menacés. Déjà lorsque les premiers satellites américains de reconnaissance étaient mis en orbite en 1960, l’URSS soulevait le problème que cela posait vis-à-vis de la souveraineté des pays car, ne prenant pas en compte les frontières, ils étaient capables de cartographier avec précision les lieux stratégiques de chaque état. On assiste à un basculement de la politique de sécurité à partir de Reagan et la fameuse IDS, à laquelle l’URSS préfère rester les pieds sur Terre et n’investir que prudemment. L’URSS constate bien rapidement qu’elle ne fait pas le poids face aux Etats-unis en termes d’investissement et jouent la carte des institutions internationales pour proposer la sanctuarisation de l’espace.

Reagan annonce son programme de guerre des étoiles

Après la chute de l’URSS, la Russie met en place un ensemble de réformes de restructuration importantes pour permettre la relance du pays. Le secteur spatial pâtit de cette situation économique catastrophique et son activité sera fortement réduite pendant les années 90. Cette période de transition permettra une lente transformation et modernisation de l’économie russe. Toutefois, quand Vladimir Poutine arrive au pouvoir en 1999, il va opter pour l’augmentation des budgets dédiés au renouvellement de l’armement tout en poursuivant parallèlement la politique de sécurité engagée par ses prédécesseurs en mettant en avant leur volonté de réguler la course à l’armement comme avec le traité de non-prolifération comme en 2008, présenté conjointement avec la Chine.

Poutine joue aussi sur la provocation dans le spatial comme avec l’étrange bal entre Briz KM et le satellite Kosmos 2499. Ce dernier a été envoyé sur orbite en 2014 et le rendez-vous spatial avec Briz KM a alimenté la peur des Américains qui voyaient dans cette mission non déclarée la volonté des Russes de développer dans le secret sa technologie anti satellite. Depuis peu, la Russie adopte une position qui se veut de plus en plus sur la défensive à cause de la crise ukrainienne et sa stigmatisation par la communauté internationale. Depuis 2013, les programmes ASAT russes sont refinancés. Mais cette attitude ne touche pas uniquement que le spatial comme en témoigne le passage de plus en plus régulier d’avions de chasse russes près des frontières des pays de l’OTAN, en particulier la semaine dernière, ou l’arrivée d’une flotte russe lourdement armée sur les côtes australiennes lors du déplacement de Poutine au G20. Ces démonstrations de force ne manquent pas de susciter une réaction chez les Américains qui n’hésitent pas à dépenser des millions en R&D pour mettre au point des technologies ASAT opérationnelles comme le projet Aegis ou MIRACL développés par la DARPA. 19% des projets étudiés aux USa ont été testés. Chez les russes, ce chiffre s’élève 54%. Les Etats Unis jouent sur la défensive en durcissant leurs satellites ou en les défragmentant pour les rendre plus difficile à neutraliser mais aussi, comme les Russes, sur leur capacité à intimider leur adversaire. Par exemple, X-37B est un projet financé notamment par la NASA, la DARPA et le DOD (plus d’un milliard de dollars en jeu) : il s’agit d’une navette spatiale d’un genre nouveau, qui serait capable d’atteindre l’orbite géostationnaire à 36 000 km d’altitude et d’y rester, mais aussi de se reposer sur le sol de façon autonome. Cette capacité est un exploit technologique en soi. Toutefois, l’objectif de cette mission reste un mystère et certains spécialistes considèrent qu’elle vise simplement à prouver la supériorité militaire des américains.

X-37 Orbital Test VehicleNavette spatiale X-37B, NASA ©

D’autres puissances spatiales s’intéressent à la technologie ASAT bien qu’il semble évident qu’elles ne seront jamais en mesure de rivaliser contre les Etats-unis dans ce domaine. La Chine a fait exploser un satellite à 800 km en 2007 et plusieurs essais antimissile, notamment en juillet 2014. New Delhi, en délicatesse avec Beijing, se pose la question de l’intérêt de la technologie ASAT, notamment dans le but se donner une supériorité stratégique en Asie avec ce type de technologie compte tenu de la fragilité du système de télécommunications par satellite chinois.

D’un point de vue juridique, la question du spatial reste un vrai casse-tête, notamment parce que les notions clés du secteur ne sont définis précisément par aucune convention internationale. On constate toutefois un début de réflexion au niveau de l’ONU, qui a interdit toute explosion dans l’espace et limité l’usage du brouillage en cas de guerre. Toutefois, rien n’exclut pour l’instant dans les textes onusiens la militarisation de l’espace, à l’exception de l’installation d’armes de destruction massive. Les grandes avancées en termes de droit spatial restent cantonnées à la réglementation technique des débris spatiaux et du brouillage. Un projet de code de conduite a été proposé par l’Europe récemment mais rejeté aussitôt. La normalisation des relations internationales dans l’espace ne passe néanmoins pas que par l’ONU et certaines institutions comme l’UIT peuvent jouer un rôle fondamental, notamment lorsque l’entreprise Eutelsat a déposé une plainte contre l’Iran qui avait brouillé un de ses satellites.

Martin Sarret


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *