Nouvelle stratégie spatiale russe

cite des etoiles CPKStar City, Moscow

La Russie, qui a nourri si prématurément des ambitions spatiales depuis Fiodorov et Tsiolkovski, a dû s’adapter aux réalités économiques du pays après l’effondrement de l’Union Soviétique en 1989. Le secteur du spatial était alors condamné à l’inertie, paralysé par un budget revu à la baisse et impuissant face au désintérêt des hommes politiques. Amputé par le gouvernement de ses aspirations spatiales, il est cependant réduit à un titre de fournisseur de services pour les Occidentaux. C’est dans ce contexte mitigé que l’ « Homme de fer » russe Poutine fait son entrée en 1999. Pour restituer sa grandeur à la Russie, il était conscient que cela impliquait de redorer le blason du spatial russe et donc de favoriser « le déploiement aussi large que possible et l’approfondissement » de son activité dans le but de « prétendre à des positions internationales majeures », comme il le déclara lors de la Journée de l’Espace en 2004. La stratégie de Poutine est alors double car il joue à la fois sur l’aspect symbolique du spatial, qui allie fierté nationale et progrès, pour valoriser sa politique mais aussi l’émancipation de l’économie russe sur le marché mondial, qui dépend essentiellement de ses exportations de matières premières et donc a besoin de diversification de ses activités pour réduire sa dépendance aux marchés extérieurs. On peut également noter que le système de navigation russe GLONASS est essentiel d’un point de vue stratégique car les Russes sont les seuls avec les Américains à disposer d’un tel système et cela est donc aussi une démonstration de pouvoir.

1925119_819622784727729_4754366126333734027_nVostotchny Cosmodrome

La « Stratégie du développement de l’activité spatiale d’ici à 2030 », inscrite dans cette tradition du Poutinisme, a été présentée par ROSKOSMOS. Voulant s’émanciper de Baïkonour, les Russes font construire le cosmodrome de Vostotchny afin de s’assurer un accès permanent à l’espace à des fins commerciales. Pour rebooster son secteur spatial, la Russie miserait aussi sur le transfert de technologies, la coopération spatiale internationale tout en augmentant régulèrement son budget spatial. En 2008, il atteint 1,6 milliards d’USD, contre 4,7 milliards d’USD en 2012 et 5,3 milliards en 2013 (© OCDE 2014). Cela correspond à une augmentation de 0,16% de la part du PNB dédié à l’espace.

Juger de l’état de l’industrie du spatial et donc de la performance technique de la Russie est néanmoins très délicat. En effet, même si elle reste encore le leader des lancements et du vol habité, elle essuie depuis 2010 de nombreux échecs de lancements, de mises en orbite mais aussi enregistre des pertes de sondes spatiales.

Le programme spatial russe pour les années à venir se divise en plusieurs étapes. Quelques bribes de ce document, censé être confidentiel, ont été publiées dans Kommersant. Outre la construction du cosmodrome Vostotchny en 2015, les Russes prévoiraient également le lancement d’une nouvelle génération de vaisseaux spatiaux en 2020, comme par exemple la fusée Angara censée remplacer la fusée Proton. Ils évoquent également la valorisation de l’exploration spatiale avec notamment des stations scientifiques sur Mars, l’exploration de Vénus et de Jupiter en coopération avec d’autres agences. En 2030, la Russie envisagerait des projets de grande envergure avec le lancement d’un véhicule à propulsion électrique servant de navette entre la Terre et la Lune. Au-delà de cet horizon, elle planifirait la construction d’une base lunaire et d’une mission habitée sur Mars. Le financement de tels programmes n’est pas encore confirmé compte tenu de l’opacité bureaucratique de Roskosmos. En revanche, on sait que leur stratégie reste plus ancrée dans la réalité avec une priorité qui est donnée aux applications spatiales pratiques.

Il est toutefois nécessaire de mettre ce programme en perspective. On sait aussi grâce au rapport de la Chambre d’audit présenté à la Douma en 2005 que plus de 50% des infrastructures du spatial seraient désuètes et seulement « renouvelées qu’à raison d’1% par an ». A cela s’ajoute une pénurie de talents dans le secteur et un vrai manque d’investissements aussi bien des banques étatiques que de l’étranger. En définitive, même si le secteur du spatial essaye tant bien que mal de s’organiser, notamment sous forme de consortium comme avec l’ORKK malgré l’approche bureaucratique très rigide de la Russie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *