Interview du Professeur Jacques Blamont

(Retrouvez l’archive sonore à la fin de ce billet)

Jacques Emile Blamont, professeur émérite à l’université de Pierre et Marie Curie et membre de l’Académie des sciences, a joué un rôle déterminant dans la naissance des activités spatiales. On lui doit notamment l’idée d’envoyer des ballons atmosphériques sur Vénus, la découverte du vent interstellaire et de l’enveloppe des comètes (1971). Dans une démarche de préservation de l’histoire via les archives sonores, il a accepté de nous livrer son expérience personnelle sur le spatial français, lorsqu’il était à ses premiers balbutiements au lendemain de la guerre où des acteurs, en particulier de Gaulle, veut promouvoir une France indépendante des Etats-unis. Il voit dans le spatial un tremplin pour propulser le pays au rang de puissance moyenne. Des premiers tirs de fusées à la création du CNES et en passant par l’AGI, le Professeur Blamont nous délivre ses souvenirs sur les grands acteurs de l’aventure spatiale française.

CV http://www.academie-sciences.fr/academie/membre/Blamont_Jacques.htm

Interview :

https://www.youtube.com/watch?v=6VUpicNBMzg

https://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-l-ete-que-va-t-on-encore-chercher-dans-les-etoiles-2012-08-02

Résumé de l’archive sonore

En 1947, le premier ministre Ramadier prend des mesures pour contrecarrer l’arrivée d’un communiste au ministère de la défense pendant la période du tripartisme en le vidant de ses fonctions et en créant des secrétariats d’état intégrés à l’Armée de Terre, de l’Air et à la Marine. Tous ces secrétariats ont un budget à part pour leurs programmes de développement d’artillerie et il n’y a pas à cette époque de coordination. Sans télémesure, les scientifiques se concentrent sur la propulsion. L’industrie de l’aéronautique joue également un rôle déterminant dans le programme spatial français. Toutefois, lorsque de Gaulle arrive au pouvoir en 1958, il décide de regrouper les services techniques de chacun des pôles pour créer une synergie. Après une tentative infructueuse de coopération avec les Etats-unis dans le domaine des engins balistiques, il crée la SEREB pour tenter de redonner à la France son indépendance dans le domaine militaire. Le Général Guérin prend les rênes de la CASDN en 1956 dans l’agitation mondiale de l’AGI. Ce comité voulait inclure la France dans ce grand événement scientifique mondial avec les programmes Monica et Véronique.

Etienne Vassy, géophysicien et professeur agrégé à la Sorbonne, qui s’intéressait au rayonnement du ciel nocturne avant la Guerre, joua un rôle déterminant dans l’émergence du programme spatial français car il faisait parti des rares scientifiques français enthousiasmés par cette idée novatrice. Quand en 1944, une série de V2 atterrissent sur la région parisienne, c’est Hervé Moureu, responsable de la défense passive du conseil municipal de la ville de Paris, qui va inspecter les zones d’impact et après une mission en Allemagne où il recrutera de la main d’œuvre et récupèrera une usine d’oxygène liquide, il revient en France avec pour ambition de construire des V2 en convaincant les responsables de la défense nationale de leur intérêt stratégique. On crée le laboratoire de recherches balistiques et aérodynamiques (LRBA) et un champ de tir à Colomb-Béchar. Des ingénieurs allemands sont recrutés pour développer un moteur destiné à tirer les fusées sondes Véronique. Les ambitions spatiales françaises pour l’AGI se fracassent alors sur le plan de stabilisation du gouvernement français présenté par Edgar Faure en 1945. Jusqu’en 1957, le budget attribué à la CASDN est quasi nul. Quelques scientifiques tels que André Danjon et le père Lejay réussissent néanmoins à convaincre Edgar Faure de débloquer les crédits nécessaires consacrés à l’AGI tout en mettant une chape sur la partie dédiée à l’espace. Mais c’est Etienne Vassy qui réussira à convaincre le général Guérin de développer des Véronique et Monica pour l’AGI en 1957. Toutefois, l’industrie du spatial est démantelée. Le peu de scientifiques et spécialistes intéressés par le spatial à l’époque se regroupent alors lentement, autour de pôle tels que Vernon ou la CASDN. Le CNET s’occuperait alors de la charge utile pour les fusées. Blassel effectue trois tirs en 1956.

A l’époque, la communauté scientifique avait peu d’égard vis-à-vis du développement des fusées sondes, souvent vues comme une entreprise douteuse. Elles suscitent peu d’intérêt, même à Barcelone lors de l’AGI.

L’industrie de l’aéronautique, sous contrôle des PDG communistes, reprend néanmoins son envol. A Sud Aviation, Roger Béteille regroupe un panel de scientifiques, pour construire une série de fusées sondes, tirées en 1962 : la famille Bélier-Centaure-Dragon. Certaines expériences scientifiques concernant l’étude de l’atmosphère comme l’étude du rayonnement du ciel nocturne ont justifié l’argent dépensé dans la R&D pour les fusées sondes par la reconnaissance scientifique acquise.

Plan de l’archive:

  • Fascination pour les premiers lanceurs et programmes scientifiques (0 :00 – 13 :25)

http://cinco.ly/!Ac_C5KkOQIVE

  • Genèse du programme spatial français (13 :25 -30 :49)

http://cinco.ly/!AsxCXIUmQsHH

  • Difficultés de financement pour l’AGI et le développement des programmes qui y sont dédiés (30 :49- 1 :00 :53)

http://cinco.ly/!AQ9CSJkNQ4OM

  • Développement d’une famille de fusées sondes par Blassel et un peu de physique… (1 :00 :53-1 :26 :25)

http://cinco.ly/!Ag6CaIkNQQAQ

  • La nécessité d’une force de frappe pour de Gaulle (1 :26 :25- 1 :47 :10)

http://cinco.ly/!AY5CWL06Q4YR

  • Bibliographie (1 :47 :10-02 :14 :32)

http://cinco.ly/!A04CSKU5QEpT

Chronologie de l’archive sonore

Chronologie

DEFA : Direction des études et armements français
CEES : Centre interarmées d’essais d’engins spéciaux
CRS : Comité des recherches spatiales
SEREB : Société pour l’étude et la réalisation des engins balistiques
CECLES : Centre européen pour la construction de lanceurs d’engins spatiaux
CERS : Conseil européen de recherches spatiales
http://mentallandscape.com/V_Vega.htm

http://articles.adsabs.harvard.edu/full/1986SvAL…12….7K


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *