The future of the Russian Space Strategy Game

cite des etoiles CPKStar City, Moscow

Russia has had at an early stage space ambitions since Fiodorov and Tsiolkovski. But after the collapse of the Soviet Union in 1989, it had to adjust to a critical economic situation. The space sector was doomed to stand still, paralyzed by a reduced budget and facing the disinterest of politicians. Unable to fulfill its ambitions, the space sector became a plain service supplier for westerners. Putin, the new Russian « Iron Man » took office in 1999 in this miserable situation. In order to give momentum to Russia, he was well aware that he would have to rehabilitate space industry and declared during the Space Day in 2004 that Russia needs to favour « a throughout development combined with an in-depth approach » of its activity in order to «  claim to a position of leader on the international scene ». It is a two-track strategy for Putin : he tries to foster national pride in order to display progress to add value to his policy. He also wants to achieve economic independence on the international market as far as the exports of raw materials are concerned by diversifing its commercial activities. He relies on the GLONASS navigation system that is strategically important because the Russians are the only ones with the Americans to possess such assets which are seen as a display of power.

1925119_819622784727729_4754366126333734027_nVostotchny Cosmodrome

The « Strategy for the Development of Space-related Activities till 3030 », that goes along the lines of Putin’s policies, was presented by the Russian Space Agency. Russians want an independent launch programme for business and are building the Vostotchny cosmodrome in that purpose. In order to reboost the space sector, Russia seeks to promote technology transfer, develop international space cooperation. In the meanwhile, officials accept to raise the budget allocated to space : in 2008, the budget reached 1.6 billion USD, 4.7 billion in 2012 and 5.3 billion in 2013 (© OCDE 2014). This represents an increase of 0,16% of the share of the GDP dedicated to space.

It is though complicated to report on the state of space industry and all the more on its technical proficiency. Although the country remains the leader in launch services and manned missions, it goes through a great deal of orbital launch failures and frequently lost contact with their spacecrafts.

The Russian Space programme for the upcoming years includes two steps. Some extracts of this supposedly confidential document leaked in the newspaper « « Kommersant ». In addition to the construction of the Vostotchny cosmodrome expected to open in 2015, the Russians are allegedly planning to develop a new generation of launchers in 2020 such as Angara, supposed to replace Proton. They want to add value to space exploration by setting up a scientific station on Mars, organzing the exploration of Venus and Jupiter in collaboration with other space agencies. In 2030, Russia thinks big and envisions an electrically powered space shuttle between Earth and the Moon. Beyond this horizon, the project of a lunar base and a manned mission on Mars are on the drawing board. The funding of those programmes is not confirmed yet as the opacity of the Roskomos bureaucracy makes it difficult to sort out the true from the false. However, it is noticable that their strategy is funded upon a realistic approach to their economy with a priority given to space-based applications.

Moreover, it is important to specify that this programme has to be considered with an economic context. In light of a report given by the Audit Chamber to the Parliament in 2005, 50% of the space infrastructures are «  outdated and only 1% of it is renewed every year ». To this is added a shortage of talents in the sector and a major lack of investment from state banks and abroad. All in all, although the sector is slowly being reorganised, notably under the consortium of the ORKK, it is still mired by the constraining bureaucracy of Russian space industry.

Nouvelle stratégie spatiale russe

cite des etoiles CPKStar City, Moscow

La Russie, qui a nourri si prématurément des ambitions spatiales depuis Fiodorov et Tsiolkovski, a dû s’adapter aux réalités économiques du pays après l’effondrement de l’Union Soviétique en 1989. Le secteur du spatial était alors condamné à l’inertie, paralysé par un budget revu à la baisse et impuissant face au désintérêt des hommes politiques. Amputé par le gouvernement de ses aspirations spatiales, il est cependant réduit à un titre de fournisseur de services pour les Occidentaux. C’est dans ce contexte mitigé que l’ « Homme de fer » russe Poutine fait son entrée en 1999. Pour restituer sa grandeur à la Russie, il était conscient que cela impliquait de redorer le blason du spatial russe et donc de favoriser « le déploiement aussi large que possible et l’approfondissement » de son activité dans le but de « prétendre à des positions internationales majeures », comme il le déclara lors de la Journée de l’Espace en 2004. La stratégie de Poutine est alors double car il joue à la fois sur l’aspect symbolique du spatial, qui allie fierté nationale et progrès, pour valoriser sa politique mais aussi l’émancipation de l’économie russe sur le marché mondial, qui dépend essentiellement de ses exportations de matières premières et donc a besoin de diversification de ses activités pour réduire sa dépendance aux marchés extérieurs. On peut également noter que le système de navigation russe GLONASS est essentiel d’un point de vue stratégique car les Russes sont les seuls avec les Américains à disposer d’un tel système et cela est donc aussi une démonstration de pouvoir.

1925119_819622784727729_4754366126333734027_nVostotchny Cosmodrome

La « Stratégie du développement de l’activité spatiale d’ici à 2030 », inscrite dans cette tradition du Poutinisme, a été présentée par ROSKOSMOS. Voulant s’émanciper de Baïkonour, les Russes font construire le cosmodrome de Vostotchny afin de s’assurer un accès permanent à l’espace à des fins commerciales. Pour rebooster son secteur spatial, la Russie miserait aussi sur le transfert de technologies, la coopération spatiale internationale tout en augmentant régulèrement son budget spatial. En 2008, il atteint 1,6 milliards d’USD, contre 4,7 milliards d’USD en 2012 et 5,3 milliards en 2013 (© OCDE 2014). Cela correspond à une augmentation de 0,16% de la part du PNB dédié à l’espace.

Juger de l’état de l’industrie du spatial et donc de la performance technique de la Russie est néanmoins très délicat. En effet, même si elle reste encore le leader des lancements et du vol habité, elle essuie depuis 2010 de nombreux échecs de lancements, de mises en orbite mais aussi enregistre des pertes de sondes spatiales.

Le programme spatial russe pour les années à venir se divise en plusieurs étapes. Quelques bribes de ce document, censé être confidentiel, ont été publiées dans Kommersant. Outre la construction du cosmodrome Vostotchny en 2015, les Russes prévoiraient également le lancement d’une nouvelle génération de vaisseaux spatiaux en 2020, comme par exemple la fusée Angara censée remplacer la fusée Proton. Ils évoquent également la valorisation de l’exploration spatiale avec notamment des stations scientifiques sur Mars, l’exploration de Vénus et de Jupiter en coopération avec d’autres agences. En 2030, la Russie envisagerait des projets de grande envergure avec le lancement d’un véhicule à propulsion électrique servant de navette entre la Terre et la Lune. Au-delà de cet horizon, elle planifirait la construction d’une base lunaire et d’une mission habitée sur Mars. Le financement de tels programmes n’est pas encore confirmé compte tenu de l’opacité bureaucratique de Roskosmos. En revanche, on sait que leur stratégie reste plus ancrée dans la réalité avec une priorité qui est donnée aux applications spatiales pratiques.

Il est toutefois nécessaire de mettre ce programme en perspective. On sait aussi grâce au rapport de la Chambre d’audit présenté à la Douma en 2005 que plus de 50% des infrastructures du spatial seraient désuètes et seulement « renouvelées qu’à raison d’1% par an ». A cela s’ajoute une pénurie de talents dans le secteur et un vrai manque d’investissements aussi bien des banques étatiques que de l’étranger. En définitive, même si le secteur du spatial essaye tant bien que mal de s’organiser, notamment sous forme de consortium comme avec l’ORKK malgré l’approche bureaucratique très rigide de la Russie.

Book – « Blue Pale Dot » (1994)

SaganPaleBlueDot

« Pale Blue Dot » (1994), one of Carl Sagan’s books,  is a humble invitation to rethink our place within the Universe. By describing the milestones of space exploration, he gives his inspiring thoughts on the purpose of space manned missions and explains why he sees the colonisation of space as the future of Mankind.

pale_blue_dotEarth, Voyager 1 ©

 “Look again at that dot. That’s here. That’s home. That’s us. On it everyone you love, everyone you know, everyone you ever heard of, every human being who ever was, lived out their lives. The aggregate of our joy and suffering, thousands of confident religions, ideologies, and economic doctrines, every hunter and forager, every hero and coward, every creator and destroyer of civilization, every king and peasant, every young couple in love, every mother and father, hopeful child, inventor and explorer, every teacher of morals, every corrupt politician, every « superstar, » every « supreme leader, » every saint and sinner in the history of our species lived there-on a mote of dust suspended in a sunbeam.

The Earth is a very small stage in a vast cosmic arena. Think of the endless cruelties visited by the inhabitants of one corner of this pixel on the scarcely distinguishable inhabitants of some other corner, how frequent their misunderstandings, how eager they are to kill one another, how fervent their hatreds. Think of the rivers of blood spilled by all those generals and emperors so that, in glory and triumph, they could become the momentary masters of a fraction of a dot.

Our posturings, our imagined self-importance, the delusion that we have some privileged position in the Universe, are challenged by this point of pale light. Our planet is a lonely speck in the great enveloping cosmic dark. In our obscurity, in all this vastness, there is no hint that help will come from elsewhere to save us from ourselves.

The Earth is the only world known so far to harbor life. There is nowhere else, at least in the near future, to which our species could migrate. Visit, yes. Settle, not yet. Like it or not, for the moment the Earth is where we make our stand.

It has been said that astronomy is a humbling and character-building experience. There is perhaps no better demonstration of the folly of human conceits than this distant image of our tiny world. To me, it underscores our responsibility to deal more kindly with one another, and to preserve and cherish the pale blue dot, the only home we’ve ever known.” – Carl Sagan, Blue Pale Dot, 1994

Film – « Out of the Present » (1999)

tumblr_mshkhjbEcL1sh6owuo1_400Sergei Krikalov et Aleksandr Volkov à bord de la station MIR

« Out of the Present » est une chronique de la vie  de Sergei Krikalov à bord de la station soviétique Mir, rythmée par les expériences scientifiques et sa routine de cosmonaute. Sur orbite à 358 km d’altitude pendant 10 mois, il  assiste à la dislocation de son pays, l’URSS.

Part 1:

https://www.dailymotion.com/video/xoeh4u_out-of-the-present-vostfr-part-1_tech

Part 2:

« -Quand vous avez décollé, l’URSS existait encore et Gorbatchev était au pouvoir. Votre ville natale s’appelait Léningrad et maintenant elle s’appelle Saint-Petersbourg. Qu’est ce qui vous étonne le plus?

– C’est difficile à dire, il s’est passé tant de choses. Ce qui m’étonne peut être le plus, c’est que juste avant il faisait nuit et maintenant il fait jour. Et que les saisons s’envolent. »

 

 

Knocking on Heaven’s Door: Space Race

gagarin-statue-in-moscow-1Yuri Gagarin statue in Moscow, Karner ©

« Knocking On Heaven’s Door » is a fascinating BBC documentary that retraces the history of the Russian Space Race. It sheds light on the birth of Russian Cosmism and how this movement impacted on the ambition of the country to conquer outerspace at the very beginning of aerospace engineering.  It relates to Yuri Gagarin’s life but also his tremendous impact on Russian Society and Politics.

How to secure outerspace : space diplomacy till 2030

Rocket

Obama & Poutine,  USA Today & Reuters ©

With the participation of:

Florence Gaillard-Sborowsky, research director at the Foundation for Strategic Research
Xavier Pasco, research director at the Foundation for Strategic Research
Isabelle Sourbès, senior researcher at the France’s National Centerfor Scientific Research

——————————————

            Since the beginning of space technologies, but also previously during the new arms race, the USSR and the USA opposed each other to protect their particular status on the international scene. The desire to dominate is linked to security dilemma : states heavily arm themselves to protect their sovereignty. This is the reason why American representatives, since the Pearl Harbor surprise attack that was a major trauma for the country, started to focus more on National Security in the political debate. Nowadays, Democrats and Republicans tend to play the finger-pointing game to seduce the electorate into voting for them.

In the land of Uncle Sam, National Security Policy means at the same time nuclear and space security because they have similarities – both for instance concern advanced technologies or have an important strategic dimension. It is paramount for a mature economy and military power that relies on its information structure like the US to protect its satellites to prevent a shutdown of the country. This is also the reason why Americans make substantial investments over the long-term in ASAT technology to cover themselves against the risk of being paralyzed. This way of thinking security policy is characterised by not only a liberal approach to the economy promoting a great deal of interaction with external actors and a modicum of market barriers but also a conservative approach to the militar sector dimissing international security-related projects ranging from treaties of non-profileration of weapon to a code of conduct. It leaves a sufficient leeway for them to develop new weapons. This cunning strategy was used by Carter and Clinton. Nowadays, Obama administration still boycotts the code of conduct using as an excuse the fact that it would be difficult to implement such a treaty and make sure everybody respects it.

obama-un-speech-israelObama at the UN Headquarters, Spencer Platt ©

This priority given to National Security is also shared by the Russians because they also feel threatened. Since the first military reconnaissances satellites were put into orbit by the Americans in 1960, the USSR raised the issue of state sovereignty because the machines did not acknowledge borders. This was problematical because they could map strategic locations in each country. A critical turnabouts of Security Policy is the Reagan’s infamous IDS that was regarded with suspicion by the Soviets. The USSR favoured cautious investment as it had less money. In order to counterbalance American Hegemony, they resorted to international institutions to sanctuarize outerspace.

Reagan announces his Star Wars Missile Defense

After the dissolution of the Soviet Union, Russia implemented a set of important structural reforms to revive the ailing economy. The space sector would have to bear the brunt of the situation and its activity dropped drastically in the 90s. This transition period allowed a slow modernisation of the Russian economy. On the top of that, when Vladimir Putin came to office in 1999, he opted for an increase in the budget allocated to the maintenance of weaponary and followed the Security Policy initiated by his predecessors in favour of non-proliferation suggesting for instance with China to pass a treaty in 2008.

Putin also relies on provocation with for example the unannounced space rendezvous between Briz KM and Kosmos 2499 in 2014. It fuelled the fear that the country was secretly trying to develop ASAT technology. Russia recently took a more defensive stance because of the Ukrainian crisis and its stigma by the International Community. Since 2013 Russian ASAT programmes are being refinanced. On the other side, Americans invest millions in R&D to develop operational technologies such as the Aegis project or MIRACL developed by the DARPA. In addition to that, Americans resort to hardening or defragmenting to protect its satellites. They also play the intimidation card too. For instance, NASA, DARPA and the DOD funded the X-37B project – worth a billion dollars – which is a space shuttle of a new kind, capable of reaching the geostationary orbit (22,236 miles) and remain in orbit but also land in total autonomy. That is is a major technological achievement in itself. However, the goal of this space shuttle is unknown and some specialists believe it is only another way of proving American military superiority.

X-37 Orbital Test Vehicle X-37B Space Shuttle, NASA ©

Other space powers aim at developping ASAT technology although they know they never will be able to regain the ground lost to the US. China made a space debris explode (roughly 500 miles) in 2007 and regularly make missile defense tests as in 2014. New Delhi, in bad terms with Beijing, underlined that ASAT technology represents a major strategic asset as it can easily neutralize the fragile Chinese telecommunications system.

From a legal point of view, the space issue is still puzzling, especially because the key concepts of the sector remain undefined by international agreements. We are only at the start of the lenghty thinking process in the UN, although some regulations were passed regarding explosions in outerspace that are now forbidden and jamming satellites in the event of war. Though nothing precludes the militarisation of space, except from the installation of massive destruction weapons. The significant advances in legal relations of the use of outerspace only concern space debris and satellite jamming. The UE drafted a code of conduct that got rejected. The normalisation of international relations in space do not necesarily have to be dealt with by the UN and major institutions such as the ITU can play a fundamental role, notably when Eutelsat sued Iran for satellite jamming.

Martin Sarret

Sécuriser l’espace extra-atmosphérique : diplomatie spatiale jusqu’en 2030

Rocket

Obama & Poutine,  USA Today & Reuters ©

Avec la participation de:

Florence Gaillard-Sborowsky, chargée de recherche à l’FRS
Xavier Pasco, chargé de recherche à l’FRS
Isabelle Sourbès, chercheur senior au CNRS

—————————————-

Depuis l’avènement des technologies spatiales, mais aussi bien avant pendant la course aux missiles balistiques intercontinentaux, l’Union Soviétique et les Etats-unis s’opposent et cherchent à se donner le premier rôle sur la scène internationale. Affirmer leur domination est un comportement étroitement lié au dilemme de sécurité. En fait, c’est parce qu’une puissance se sent menacée qu’elle aspira à s’armer plus lourdement. C’est la raison pour laquelle, depuis l’attaque surprise de Pearl Harbor en 1941, un grand traumatisme pour les États-Unis, les hommes politiques américains vont donner une place prépondérante à la question de la sécurité nationale dans le débat politique. Encore aujourd’hui, les Démocrates et les Républicains se renvoient la balle sur la question de la sécurité pour convaincre l’électorat.

Au pays de l’oncle Sam, la politique de sécurité nationale traite en même temps des sécurités nucléaire et spatiale car elles présentent en effet des aspects similaires, elles concernent toutes deux par exemple des technologies avancées ou constituent un atout stratégique de poids. Pour une puissance économique et militaire qui repose très largement sur son infrastructure d’informations comme les Etats-unis, la protection de ses satellites dans l’espace extra-atmosphérique est une évidence si l’on veut éviter de paralyser le pays tout entier. C’est la raison pour laquelle on observe du côté des Américains un investissement conséquent et régulier dans la technologie ASAT pour se prémunir, dans un cadre purement théorique, d’une éventuelle attaque surprise. Cette façon de concevoir la politique de sécurité se caractérise par une approche libérale de l’économie, qui promeut un maximum d’interactions avec les acteurs économiques extérieurs par une minimisation du rôle des frontières dans le commerce, et en revanche, une approche excessivement conservatrice dans le secteur militaire, dédaignant tout projet international relatif à la sécurité, que cela concerne la non-prolifération des armes ou l’établissement d’un code de conduite international. Par ce biais, les Etats-unis s’assurent une marche de manœuvre des plus larges pour le développement de ses armes. Cette fine stratégie politique est particulièrement visible dans l’administration Carter ou Clinton. Mais encore de nos jours, l’administration Obama boycotte tout code de conduite pour continuer la folle course aux armements sous prétexte qu’il serait difficile de vérifier que toutes les puissances spatiales l’appliquent.

obama-un-speech-israelObama au siège de l’ONU, Spencer Platt ©

Cette primauté donnée à la sécurité nationale est partagée également par les russes car eux aussi, se sentent réellement menacés. Déjà lorsque les premiers satellites américains de reconnaissance étaient mis en orbite en 1960, l’URSS soulevait le problème que cela posait vis-à-vis de la souveraineté des pays car, ne prenant pas en compte les frontières, ils étaient capables de cartographier avec précision les lieux stratégiques de chaque état. On assiste à un basculement de la politique de sécurité à partir de Reagan et la fameuse IDS, à laquelle l’URSS préfère rester les pieds sur Terre et n’investir que prudemment. L’URSS constate bien rapidement qu’elle ne fait pas le poids face aux Etats-unis en termes d’investissement et jouent la carte des institutions internationales pour proposer la sanctuarisation de l’espace.

Reagan annonce son programme de guerre des étoiles

Après la chute de l’URSS, la Russie met en place un ensemble de réformes de restructuration importantes pour permettre la relance du pays. Le secteur spatial pâtit de cette situation économique catastrophique et son activité sera fortement réduite pendant les années 90. Cette période de transition permettra une lente transformation et modernisation de l’économie russe. Toutefois, quand Vladimir Poutine arrive au pouvoir en 1999, il va opter pour l’augmentation des budgets dédiés au renouvellement de l’armement tout en poursuivant parallèlement la politique de sécurité engagée par ses prédécesseurs en mettant en avant leur volonté de réguler la course à l’armement comme avec le traité de non-prolifération comme en 2008, présenté conjointement avec la Chine.

Poutine joue aussi sur la provocation dans le spatial comme avec l’étrange bal entre Briz KM et le satellite Kosmos 2499. Ce dernier a été envoyé sur orbite en 2014 et le rendez-vous spatial avec Briz KM a alimenté la peur des Américains qui voyaient dans cette mission non déclarée la volonté des Russes de développer dans le secret sa technologie anti satellite. Depuis peu, la Russie adopte une position qui se veut de plus en plus sur la défensive à cause de la crise ukrainienne et sa stigmatisation par la communauté internationale. Depuis 2013, les programmes ASAT russes sont refinancés. Mais cette attitude ne touche pas uniquement que le spatial comme en témoigne le passage de plus en plus régulier d’avions de chasse russes près des frontières des pays de l’OTAN, en particulier la semaine dernière, ou l’arrivée d’une flotte russe lourdement armée sur les côtes australiennes lors du déplacement de Poutine au G20. Ces démonstrations de force ne manquent pas de susciter une réaction chez les Américains qui n’hésitent pas à dépenser des millions en R&D pour mettre au point des technologies ASAT opérationnelles comme le projet Aegis ou MIRACL développés par la DARPA. 19% des projets étudiés aux USa ont été testés. Chez les russes, ce chiffre s’élève 54%. Les Etats Unis jouent sur la défensive en durcissant leurs satellites ou en les défragmentant pour les rendre plus difficile à neutraliser mais aussi, comme les Russes, sur leur capacité à intimider leur adversaire. Par exemple, X-37B est un projet financé notamment par la NASA, la DARPA et le DOD (plus d’un milliard de dollars en jeu) : il s’agit d’une navette spatiale d’un genre nouveau, qui serait capable d’atteindre l’orbite géostationnaire à 36 000 km d’altitude et d’y rester, mais aussi de se reposer sur le sol de façon autonome. Cette capacité est un exploit technologique en soi. Toutefois, l’objectif de cette mission reste un mystère et certains spécialistes considèrent qu’elle vise simplement à prouver la supériorité militaire des américains.

X-37 Orbital Test VehicleNavette spatiale X-37B, NASA ©

D’autres puissances spatiales s’intéressent à la technologie ASAT bien qu’il semble évident qu’elles ne seront jamais en mesure de rivaliser contre les Etats-unis dans ce domaine. La Chine a fait exploser un satellite à 800 km en 2007 et plusieurs essais antimissile, notamment en juillet 2014. New Delhi, en délicatesse avec Beijing, se pose la question de l’intérêt de la technologie ASAT, notamment dans le but se donner une supériorité stratégique en Asie avec ce type de technologie compte tenu de la fragilité du système de télécommunications par satellite chinois.

D’un point de vue juridique, la question du spatial reste un vrai casse-tête, notamment parce que les notions clés du secteur ne sont définis précisément par aucune convention internationale. On constate toutefois un début de réflexion au niveau de l’ONU, qui a interdit toute explosion dans l’espace et limité l’usage du brouillage en cas de guerre. Toutefois, rien n’exclut pour l’instant dans les textes onusiens la militarisation de l’espace, à l’exception de l’installation d’armes de destruction massive. Les grandes avancées en termes de droit spatial restent cantonnées à la réglementation technique des débris spatiaux et du brouillage. Un projet de code de conduite a été proposé par l’Europe récemment mais rejeté aussitôt. La normalisation des relations internationales dans l’espace ne passe néanmoins pas que par l’ONU et certaines institutions comme l’UIT peuvent jouer un rôle fondamental, notamment lorsque l’entreprise Eutelsat a déposé une plainte contre l’Iran qui avait brouillé un de ses satellites.

Martin Sarret

#Presse – « La Terre vue d’en haut » dans le Monde

9782021111293« La Terre vue d’en haut. L’invention de l’environnement global« , 25/09/2014, Anthropocène

Sebastian V. Grevsmühl

Le livre de Sebastian V. Grevsmühl « La Terre vue d’en haut. L’invention de l’environnement global » était mis à l’honneur dans l’édition du journal « le Monde », le samedi 7 février.

Lien vers l’article:

Le_Monde_Objectif_Terre_7_2_2015

The emergence of international cooperation in space from 1950 onwards till 2000

The dreadful display of violence of nuclear power increased awareness as regard the fragility of   human life on earth and the dangers of uncontrolled technology. In the wake of World War II the USSR and the USA, the two political giants with substantial financial ressources, had a growing interest in space-based applications in order to dominate strategically their opponent. Whereas the launcher industry was still at the early stages, the superpowers were left to work with their own ingenuity to outsmart their adversary. In the beginning both were developping intercontinental ballistic missiles but for strategic reasons, they decided to reuse this technology for orbiting. This competition became a reality when in 1957, after the announcement of the launch at the International Geophysical Year, the first satellite called Spoutnik 1 was put into orbit by the Soviet Inion. This was a milestone in the history of science and marked the start of the Space Race with the scientific research being put forward. The US convinced of their technologocial superioty until that moment were therefore destabilized by the fact that the Soviets were staying one step ahead. As they saw themselves at the cutting edge of technology, they invested millions without hesitation to foster the competitiveness of the space industry. The space sector was made a token of prestige by this unbridled enthousiasm for the space conquest in a climate of strained  political relations. Space technology was also seen as a display of power. But this race lost momentum because of the USSR’s ailing economy and budget cuts in space programmes.  The Americans fully asserted their domination when in 1969, Neil Armstrong stepped a foot on lunar ground for the first time in the history of humankind.

spoutnikSpoutnik 1 (58 cm)

At this time, it became clear according to officials that outer space, just like the sea and the air at one time,  was to be monitored for strategic purposes.  Space was seen as a worthwhile asset for national security. However, the USA and the USSR came to realise that the appropriation of Outer Space for military purposes was a sword of Damocles hanging over their heads in so far as they would not be able to control it. The Soviet Union took the first steps of the international cooperation in space proposing in 1958 at the United Nations to set up the Committee of the Peaceful Uses of Outer Space. In the following time, they approved the Outer Space Treaty, ratified in 1967, and the Moon Treaty, signed in 1979, that established the legal framework sanctifying the non appropriation principle of Space and celestial objects. Thanks to those treaties, the international cooperation in space would flourish in the scientific domain. During the brief window of « détente » from 1975 onwards during which time the political tension decreased there were more than 20 international agreements and more than 30 international and interinstitutional conventions.

530x_10-octobre10 October 1967 © ONU

When Youri Gagarine said « I see the Earth… it’s beautiful ! » in 1961 on board of the Vostok 3KA spaceship, he became the first man to observe the curvature of the Earth. Space sciences have changed the relationship between our environnement and us but also our world view. They have a higher calling that concerns all humankind. Cooperation in space must be based on this understanding. The best exemple of this is the docking of the Soviet Soyuz spacecraft with the American Apollo spacecraft creating the  first Soviet-American workteam. In the Meanwhile, numerous space agencies were founded such as the CNES in France or the DLR in Germany. Since 1957 more and more countries aim at developping space capacity relying on international cooperation to make investments profitable such as China, India or Brazil in the 80s. The cooperation network is getting more and more complexified with more and more framework agreements and international treaties.

Video of the docking of the Apollo spacecraft and Soyuz spacecraft: https://www.youtube.com/watch?v=r2G1BbiDil0

Often seen as the key example of cooperation in space and one of the World’s most complex machines ever built by men, the International Space Station is the result of the collaboration between the American, Russian, European, Canadian and Japanese space agencies. The orbiting of the first piece of puzzle, the Russian-built central module Zarya, is  the starting point of a ten years long assembly in 1998 because dozens of pieces would be shipped afterwards. Since then, a hundred of spationauts took turns in the modern and brand-new ISS to study Microgravity, Astronomy and Materials science.

It is clear that space science has been considerably impactful on the international politics of the second half of the 20th century and can be described, as Neil Armstrong said, as a « giant leap for mankind ».Scientific diplomacy plays a key role  in increasing the Human understanding of Space which still is  full of mysteries. Since 1957, space exploration had the wind in its sails. The space sector can notably welcome the success of the CNSA space mission on the Moon (Chang’e Programme) or the ISRO Mars mission (Mars Orbiter Mission Programme, Mangalyaan). However, those major projects were chosen a while ago and the future of space exploration remains uncertain. The transition to the 21th century is a watershed moment for Space Policy as countries have to cope with globalisation and economic crises. Rationalization is the new approach to the space industry with the commercialization of its applications, especially in Europe where officials claim that telecommunications are critical to the economic development of the territory.

Martin Sarret

Emergence de la coopération spatiale internationale de 1950 à 2000

L’effroyable violence de la puissance nucléaire a fait prendre conscience au monde entier  de la fragilité de notre existence sur Terre et des dangers de la technologie non contrôlée. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, dans le but de dominer leur adversaire stratégiquement et anticiper une potentielle attaque nucléaire, l’URSS et les États-Unis, deux géants politiques disposant de grandes ressources financières, commencent à s’intéresser aux applications spatiales. Alors que dans les années 50, l’industrie des lanceurs est à ses premiers balbutiements, les deux superpuissances rivalisent d’ingéniosité pour  se devancer. A l’origine tous deux intéressés par la technologie des missiles intercontinentaux, leur intérêt va se porter peu à peu sur la reconversion de cette technologie pour la satellisation. Cette compétition  s’officialise définitivement lorsqu’en 1957 après la déclaration de son lancement officiel à l’occasion de l’Année Géophysique Internationale, le premier satellite, baptisé Spoutnik 1, fut envoyé sur orbite par l’Union soviétique. Cet événement marquant de l’histoire des sciences fut aussi le coup de sifflet de la course à l’espace, la recherche scientifique prend  alors une toute nouvelle  ampleur.  Les Etats-Unis, jusqu’alors convaincus de leur supériorité technologique sur l’URSS et donc déstabilisés par cette longueur d’avance qu’ont les Soviétiques, se voyant toutefois à l’avant-garde de la technologie, n’hésitent pas à investir des millions afin que le secteur du spatial prenne son envol. Cet enthousiasme effréné pour la conquête spatiale sur fond de tensions politiques fera du secteur spatial un vrai élément de prestige et une démonstration de pouvoir mais commencera à s’étioler à cause du marasme économique que connait l’URSS qui va la faire sombrer peu à peu et mettre à mal le budget que les Soviétiques consacrent  à la recherche et à l’innovation. Les Etats-Unis affirmeront  pleinement leur domination lorsqu’en 1969, Neil Armstrong foule pour la première fois de l’histoire de l’humanité le sol lunaire.

spoutnikSpoutnik 1 (58 cm)

A cette époque, un éveil de conscience vient entériner la certitude des superpuissances que la maitrise du milieu spatial, comme il fût un temps pour le milieu maritime ou aérien,  revêt une dimension stratégique. L’espace devient alors un véritable atout pour la défense nationale. Toutefois, les États-Unis et l’URSS réalisent bien assez tôt que l’appropriation de l’espace extra-atmosphérique à des fins militaires est une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes dans la mesure où ils seraient dans l’incapacité de contrôler ce qui s’y passe.  L’Union Soviétique pose les premiers jalons de la coopération internationale dans le domaine scientifique en proposant en 1958 au siège de l’Organisation des Nations Unis de créer le comité international de coopération consacré à l’étude de l’espace à des fins pacifiques.  Le traité de l’espace, ratifié en 1967, et le traité sur la Lune,  signé en 1979, poseront par la suite le cadre légal en sacralisant le principe de non appropriation de l’espace et des objets célestes. C’est grâce à ces traités que la vraie coopération spatiale internationale va pouvoir s’intensifier dans le domaine scientifique.  Pendant la période de détente à partir de 1975, caractérisée par un apaisement des tensions politiques entre États-Unis et URSS pendant la guerre froide, on décompte plus de 20 accords internationaux et plus de trente conventions et accords interinstitutionnels ayant pour objectif de renforcer la coopération pacifique.

530x_10-octobre10 octobre 1967 © ONU

Lorsqu’en 1961, Youri Gagarine  s’exclama « Je vois la Terre… c’est magnifique ! » à bord du vaisseau spatial Vostok 3KA, il devient le premier homme à observer la courbure du globe terrestre depuis l’espace. Les sciences spatiales ont depuis modifié le rapport de l’Homme à son environnement et sa conception du Monde. Elles ont une vocation qui va au-delà des divergences politiques et servent l’humanité toute entière. C’est aussi sur ce postulat que se fonde la coopération scientifique. Un exemple emblématique de cette coopération est l’amarrage du vaisseau spatial Soyouz et américain Apollo en 1975 donnant naissance à la première équipe soviéto-américaine dans l’espace. Parallèlement, les agences spatiales s’ouvrent à d’autres pays partenaires, comme le CNES  en France ou la DLR en Allemagne. Depuis 1957, toujours plus de pays aspirent à devenir des puissances spatiales et jouent la carte de la coopération pour permettre de rentabiliser leurs investissements tels la Chine, l’Inde ou le Brésil dans les années 80.  Le réseau de coopération se complexifie avec toujours plus d’accords-cadres et traités internationaux.

Amarrage du vaisseau Soyouz-Apollo en vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=r2G1BbiDil0

Souvent vue comme un emblème de la coopération spatiale, l’une des machines les plus complexes jamais fabriquées par l’homme, la station spatiale internationale est un laboratoire de recherche de haut vol. Sa création est le fruit de la collaboration entre les agences spatiales américaine, russe, européenne, canadienne et japonaise. La mise en orbite de la première pièce du puzzle, le module central d’origine russe Zarya, marque seulement le début de l’assemblage en 1998 car plusieurs dizaines de nouvelles pièces vont être livrées dans la décennie qui suivra. Depuis 1998, une centaine d’astronautes, venant toutefois en grande majorité des pays développés, se sont relayés dans la station spatiale internationale, technologie d’un nouveau siècle, pour travailler sur les effets de l’apesanteur sur la biologie humaine, l’astronomie et la science des matériaux.

Il est clair que le domaine spatial a eu un impact considérable sur la politique internationale de la deuxième moitié du 20ème siècle et constitue, pour paraphraser Neil Armstrong, « un grand pas pour l’humanité ». La diplomatie scientifique a pris le pas dans le but d’étudier un milieu encore peu connu de l’Homme mais dont les secrets seront, on l’espère, bientôt révélées. Depuis 1957, les agences spatiales se sont multipliées et l’exploration spatiale a le vent en poupe. On peut citer notamment la mission spatiale de la CNSA sur la Lune (Programme Chang’e) ou la mission spatiale de l’ISRO sur Mars (Programme Mars Orbiter Mission, Mangalyaan). Toutefois, ces grands projets scientifiques ont été décidés il y a de cela plusieurs décennies et l’avenir de l’exploration spatiale reste encore incertain. Le passage au 21ème siècle correspond davantage à un virage de bord de la politique spatiale en ce sens qu’il marque aussi la rationalisation du secteur et le prépare aux nouveaux défis qui l’attendent comme la crise économique et la mondialisation.  Les applications spatiales et leur commercialisation semblent prendre de plus en plus le pas sur l’exploration, en tous cas en Europe, où le domaine des télécommunications est vu comme le fer de lance de l’économie.

Martin Sarret