Sécuriser l’espace extra-atmosphérique : diplomatie spatiale jusqu’en 2030

Rocket

Obama & Poutine,  USA Today & Reuters ©

Avec la participation de:

Florence Gaillard-Sborowsky, chargée de recherche à l’FRS
Xavier Pasco, chargé de recherche à l’FRS
Isabelle Sourbès, chercheur senior au CNRS

—————————————-

Depuis l’avènement des technologies spatiales, mais aussi bien avant pendant la course aux missiles balistiques intercontinentaux, l’Union Soviétique et les Etats-unis s’opposent et cherchent à se donner le premier rôle sur la scène internationale. Affirmer leur domination est un comportement étroitement lié au dilemme de sécurité. En fait, c’est parce qu’une puissance se sent menacée qu’elle aspira à s’armer plus lourdement. C’est la raison pour laquelle, depuis l’attaque surprise de Pearl Harbor en 1941, un grand traumatisme pour les États-Unis, les hommes politiques américains vont donner une place prépondérante à la question de la sécurité nationale dans le débat politique. Encore aujourd’hui, les Démocrates et les Républicains se renvoient la balle sur la question de la sécurité pour convaincre l’électorat.

Au pays de l’oncle Sam, la politique de sécurité nationale traite en même temps des sécurités nucléaire et spatiale car elles présentent en effet des aspects similaires, elles concernent toutes deux par exemple des technologies avancées ou constituent un atout stratégique de poids. Pour une puissance économique et militaire qui repose très largement sur son infrastructure d’informations comme les Etats-unis, la protection de ses satellites dans l’espace extra-atmosphérique est une évidence si l’on veut éviter de paralyser le pays tout entier. C’est la raison pour laquelle on observe du côté des Américains un investissement conséquent et régulier dans la technologie ASAT pour se prémunir, dans un cadre purement théorique, d’une éventuelle attaque surprise. Cette façon de concevoir la politique de sécurité se caractérise par une approche libérale de l’économie, qui promeut un maximum d’interactions avec les acteurs économiques extérieurs par une minimisation du rôle des frontières dans le commerce, et en revanche, une approche excessivement conservatrice dans le secteur militaire, dédaignant tout projet international relatif à la sécurité, que cela concerne la non-prolifération des armes ou l’établissement d’un code de conduite international. Par ce biais, les Etats-unis s’assurent une marche de manœuvre des plus larges pour le développement de ses armes. Cette fine stratégie politique est particulièrement visible dans l’administration Carter ou Clinton. Mais encore de nos jours, l’administration Obama boycotte tout code de conduite pour continuer la folle course aux armements sous prétexte qu’il serait difficile de vérifier que toutes les puissances spatiales l’appliquent.

obama-un-speech-israelObama au siège de l’ONU, Spencer Platt ©

Cette primauté donnée à la sécurité nationale est partagée également par les russes car eux aussi, se sentent réellement menacés. Déjà lorsque les premiers satellites américains de reconnaissance étaient mis en orbite en 1960, l’URSS soulevait le problème que cela posait vis-à-vis de la souveraineté des pays car, ne prenant pas en compte les frontières, ils étaient capables de cartographier avec précision les lieux stratégiques de chaque état. On assiste à un basculement de la politique de sécurité à partir de Reagan et la fameuse IDS, à laquelle l’URSS préfère rester les pieds sur Terre et n’investir que prudemment. L’URSS constate bien rapidement qu’elle ne fait pas le poids face aux Etats-unis en termes d’investissement et jouent la carte des institutions internationales pour proposer la sanctuarisation de l’espace.

Reagan annonce son programme de guerre des étoiles

Après la chute de l’URSS, la Russie met en place un ensemble de réformes de restructuration importantes pour permettre la relance du pays. Le secteur spatial pâtit de cette situation économique catastrophique et son activité sera fortement réduite pendant les années 90. Cette période de transition permettra une lente transformation et modernisation de l’économie russe. Toutefois, quand Vladimir Poutine arrive au pouvoir en 1999, il va opter pour l’augmentation des budgets dédiés au renouvellement de l’armement tout en poursuivant parallèlement la politique de sécurité engagée par ses prédécesseurs en mettant en avant leur volonté de réguler la course à l’armement comme avec le traité de non-prolifération comme en 2008, présenté conjointement avec la Chine.

Poutine joue aussi sur la provocation dans le spatial comme avec l’étrange bal entre Briz KM et le satellite Kosmos 2499. Ce dernier a été envoyé sur orbite en 2014 et le rendez-vous spatial avec Briz KM a alimenté la peur des Américains qui voyaient dans cette mission non déclarée la volonté des Russes de développer dans le secret sa technologie anti satellite. Depuis peu, la Russie adopte une position qui se veut de plus en plus sur la défensive à cause de la crise ukrainienne et sa stigmatisation par la communauté internationale. Depuis 2013, les programmes ASAT russes sont refinancés. Mais cette attitude ne touche pas uniquement que le spatial comme en témoigne le passage de plus en plus régulier d’avions de chasse russes près des frontières des pays de l’OTAN, en particulier la semaine dernière, ou l’arrivée d’une flotte russe lourdement armée sur les côtes australiennes lors du déplacement de Poutine au G20. Ces démonstrations de force ne manquent pas de susciter une réaction chez les Américains qui n’hésitent pas à dépenser des millions en R&D pour mettre au point des technologies ASAT opérationnelles comme le projet Aegis ou MIRACL développés par la DARPA. 19% des projets étudiés aux USa ont été testés. Chez les russes, ce chiffre s’élève 54%. Les Etats Unis jouent sur la défensive en durcissant leurs satellites ou en les défragmentant pour les rendre plus difficile à neutraliser mais aussi, comme les Russes, sur leur capacité à intimider leur adversaire. Par exemple, X-37B est un projet financé notamment par la NASA, la DARPA et le DOD (plus d’un milliard de dollars en jeu) : il s’agit d’une navette spatiale d’un genre nouveau, qui serait capable d’atteindre l’orbite géostationnaire à 36 000 km d’altitude et d’y rester, mais aussi de se reposer sur le sol de façon autonome. Cette capacité est un exploit technologique en soi. Toutefois, l’objectif de cette mission reste un mystère et certains spécialistes considèrent qu’elle vise simplement à prouver la supériorité militaire des américains.

X-37 Orbital Test VehicleNavette spatiale X-37B, NASA ©

D’autres puissances spatiales s’intéressent à la technologie ASAT bien qu’il semble évident qu’elles ne seront jamais en mesure de rivaliser contre les Etats-unis dans ce domaine. La Chine a fait exploser un satellite à 800 km en 2007 et plusieurs essais antimissile, notamment en juillet 2014. New Delhi, en délicatesse avec Beijing, se pose la question de l’intérêt de la technologie ASAT, notamment dans le but se donner une supériorité stratégique en Asie avec ce type de technologie compte tenu de la fragilité du système de télécommunications par satellite chinois.

D’un point de vue juridique, la question du spatial reste un vrai casse-tête, notamment parce que les notions clés du secteur ne sont définis précisément par aucune convention internationale. On constate toutefois un début de réflexion au niveau de l’ONU, qui a interdit toute explosion dans l’espace et limité l’usage du brouillage en cas de guerre. Toutefois, rien n’exclut pour l’instant dans les textes onusiens la militarisation de l’espace, à l’exception de l’installation d’armes de destruction massive. Les grandes avancées en termes de droit spatial restent cantonnées à la réglementation technique des débris spatiaux et du brouillage. Un projet de code de conduite a été proposé par l’Europe récemment mais rejeté aussitôt. La normalisation des relations internationales dans l’espace ne passe néanmoins pas que par l’ONU et certaines institutions comme l’UIT peuvent jouer un rôle fondamental, notamment lorsque l’entreprise Eutelsat a déposé une plainte contre l’Iran qui avait brouillé un de ses satellites.

Martin Sarret

#Presse – « La Terre vue d’en haut » dans le Monde

9782021111293« La Terre vue d’en haut. L’invention de l’environnement global« , 25/09/2014, Anthropocène

Sebastian V. Grevsmühl

Le livre de Sebastian V. Grevsmühl « La Terre vue d’en haut. L’invention de l’environnement global » était mis à l’honneur dans l’édition du journal « le Monde », le samedi 7 février.

Lien vers l’article:

Le_Monde_Objectif_Terre_7_2_2015

The emergence of international cooperation in space from 1950 onwards till 2000

The dreadful display of violence of nuclear power increased awareness as regard the fragility of   human life on earth and the dangers of uncontrolled technology. In the wake of World War II the USSR and the USA, the two political giants with substantial financial ressources, had a growing interest in space-based applications in order to dominate strategically their opponent. Whereas the launcher industry was still at the early stages, the superpowers were left to work with their own ingenuity to outsmart their adversary. In the beginning both were developping intercontinental ballistic missiles but for strategic reasons, they decided to reuse this technology for orbiting. This competition became a reality when in 1957, after the announcement of the launch at the International Geophysical Year, the first satellite called Spoutnik 1 was put into orbit by the Soviet Inion. This was a milestone in the history of science and marked the start of the Space Race with the scientific research being put forward. The US convinced of their technologocial superioty until that moment were therefore destabilized by the fact that the Soviets were staying one step ahead. As they saw themselves at the cutting edge of technology, they invested millions without hesitation to foster the competitiveness of the space industry. The space sector was made a token of prestige by this unbridled enthousiasm for the space conquest in a climate of strained  political relations. Space technology was also seen as a display of power. But this race lost momentum because of the USSR’s ailing economy and budget cuts in space programmes.  The Americans fully asserted their domination when in 1969, Neil Armstrong stepped a foot on lunar ground for the first time in the history of humankind.

spoutnikSpoutnik 1 (58 cm)

At this time, it became clear according to officials that outer space, just like the sea and the air at one time,  was to be monitored for strategic purposes.  Space was seen as a worthwhile asset for national security. However, the USA and the USSR came to realise that the appropriation of Outer Space for military purposes was a sword of Damocles hanging over their heads in so far as they would not be able to control it. The Soviet Union took the first steps of the international cooperation in space proposing in 1958 at the United Nations to set up the Committee of the Peaceful Uses of Outer Space. In the following time, they approved the Outer Space Treaty, ratified in 1967, and the Moon Treaty, signed in 1979, that established the legal framework sanctifying the non appropriation principle of Space and celestial objects. Thanks to those treaties, the international cooperation in space would flourish in the scientific domain. During the brief window of « détente » from 1975 onwards during which time the political tension decreased there were more than 20 international agreements and more than 30 international and interinstitutional conventions.

530x_10-octobre10 October 1967 © ONU

When Youri Gagarine said « I see the Earth… it’s beautiful ! » in 1961 on board of the Vostok 3KA spaceship, he became the first man to observe the curvature of the Earth. Space sciences have changed the relationship between our environnement and us but also our world view. They have a higher calling that concerns all humankind. Cooperation in space must be based on this understanding. The best exemple of this is the docking of the Soviet Soyuz spacecraft with the American Apollo spacecraft creating the  first Soviet-American workteam. In the Meanwhile, numerous space agencies were founded such as the CNES in France or the DLR in Germany. Since 1957 more and more countries aim at developping space capacity relying on international cooperation to make investments profitable such as China, India or Brazil in the 80s. The cooperation network is getting more and more complexified with more and more framework agreements and international treaties.

Video of the docking of the Apollo spacecraft and Soyuz spacecraft: https://www.youtube.com/watch?v=r2G1BbiDil0

Often seen as the key example of cooperation in space and one of the World’s most complex machines ever built by men, the International Space Station is the result of the collaboration between the American, Russian, European, Canadian and Japanese space agencies. The orbiting of the first piece of puzzle, the Russian-built central module Zarya, is  the starting point of a ten years long assembly in 1998 because dozens of pieces would be shipped afterwards. Since then, a hundred of spationauts took turns in the modern and brand-new ISS to study Microgravity, Astronomy and Materials science.

It is clear that space science has been considerably impactful on the international politics of the second half of the 20th century and can be described, as Neil Armstrong said, as a « giant leap for mankind ».Scientific diplomacy plays a key role  in increasing the Human understanding of Space which still is  full of mysteries. Since 1957, space exploration had the wind in its sails. The space sector can notably welcome the success of the CNSA space mission on the Moon (Chang’e Programme) or the ISRO Mars mission (Mars Orbiter Mission Programme, Mangalyaan). However, those major projects were chosen a while ago and the future of space exploration remains uncertain. The transition to the 21th century is a watershed moment for Space Policy as countries have to cope with globalisation and economic crises. Rationalization is the new approach to the space industry with the commercialization of its applications, especially in Europe where officials claim that telecommunications are critical to the economic development of the territory.

Martin Sarret

Emergence de la coopération spatiale internationale de 1950 à 2000

L’effroyable violence de la puissance nucléaire a fait prendre conscience au monde entier  de la fragilité de notre existence sur Terre et des dangers de la technologie non contrôlée. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, dans le but de dominer leur adversaire stratégiquement et anticiper une potentielle attaque nucléaire, l’URSS et les États-Unis, deux géants politiques disposant de grandes ressources financières, commencent à s’intéresser aux applications spatiales. Alors que dans les années 50, l’industrie des lanceurs est à ses premiers balbutiements, les deux superpuissances rivalisent d’ingéniosité pour  se devancer. A l’origine tous deux intéressés par la technologie des missiles intercontinentaux, leur intérêt va se porter peu à peu sur la reconversion de cette technologie pour la satellisation. Cette compétition  s’officialise définitivement lorsqu’en 1957 après la déclaration de son lancement officiel à l’occasion de l’Année Géophysique Internationale, le premier satellite, baptisé Spoutnik 1, fut envoyé sur orbite par l’Union soviétique. Cet événement marquant de l’histoire des sciences fut aussi le coup de sifflet de la course à l’espace, la recherche scientifique prend  alors une toute nouvelle  ampleur.  Les Etats-Unis, jusqu’alors convaincus de leur supériorité technologique sur l’URSS et donc déstabilisés par cette longueur d’avance qu’ont les Soviétiques, se voyant toutefois à l’avant-garde de la technologie, n’hésitent pas à investir des millions afin que le secteur du spatial prenne son envol. Cet enthousiasme effréné pour la conquête spatiale sur fond de tensions politiques fera du secteur spatial un vrai élément de prestige et une démonstration de pouvoir mais commencera à s’étioler à cause du marasme économique que connait l’URSS qui va la faire sombrer peu à peu et mettre à mal le budget que les Soviétiques consacrent  à la recherche et à l’innovation. Les Etats-Unis affirmeront  pleinement leur domination lorsqu’en 1969, Neil Armstrong foule pour la première fois de l’histoire de l’humanité le sol lunaire.

spoutnikSpoutnik 1 (58 cm)

A cette époque, un éveil de conscience vient entériner la certitude des superpuissances que la maitrise du milieu spatial, comme il fût un temps pour le milieu maritime ou aérien,  revêt une dimension stratégique. L’espace devient alors un véritable atout pour la défense nationale. Toutefois, les États-Unis et l’URSS réalisent bien assez tôt que l’appropriation de l’espace extra-atmosphérique à des fins militaires est une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes dans la mesure où ils seraient dans l’incapacité de contrôler ce qui s’y passe.  L’Union Soviétique pose les premiers jalons de la coopération internationale dans le domaine scientifique en proposant en 1958 au siège de l’Organisation des Nations Unis de créer le comité international de coopération consacré à l’étude de l’espace à des fins pacifiques.  Le traité de l’espace, ratifié en 1967, et le traité sur la Lune,  signé en 1979, poseront par la suite le cadre légal en sacralisant le principe de non appropriation de l’espace et des objets célestes. C’est grâce à ces traités que la vraie coopération spatiale internationale va pouvoir s’intensifier dans le domaine scientifique.  Pendant la période de détente à partir de 1975, caractérisée par un apaisement des tensions politiques entre États-Unis et URSS pendant la guerre froide, on décompte plus de 20 accords internationaux et plus de trente conventions et accords interinstitutionnels ayant pour objectif de renforcer la coopération pacifique.

530x_10-octobre10 octobre 1967 © ONU

Lorsqu’en 1961, Youri Gagarine  s’exclama « Je vois la Terre… c’est magnifique ! » à bord du vaisseau spatial Vostok 3KA, il devient le premier homme à observer la courbure du globe terrestre depuis l’espace. Les sciences spatiales ont depuis modifié le rapport de l’Homme à son environnement et sa conception du Monde. Elles ont une vocation qui va au-delà des divergences politiques et servent l’humanité toute entière. C’est aussi sur ce postulat que se fonde la coopération scientifique. Un exemple emblématique de cette coopération est l’amarrage du vaisseau spatial Soyouz et américain Apollo en 1975 donnant naissance à la première équipe soviéto-américaine dans l’espace. Parallèlement, les agences spatiales s’ouvrent à d’autres pays partenaires, comme le CNES  en France ou la DLR en Allemagne. Depuis 1957, toujours plus de pays aspirent à devenir des puissances spatiales et jouent la carte de la coopération pour permettre de rentabiliser leurs investissements tels la Chine, l’Inde ou le Brésil dans les années 80.  Le réseau de coopération se complexifie avec toujours plus d’accords-cadres et traités internationaux.

Amarrage du vaisseau Soyouz-Apollo en vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=r2G1BbiDil0

Souvent vue comme un emblème de la coopération spatiale, l’une des machines les plus complexes jamais fabriquées par l’homme, la station spatiale internationale est un laboratoire de recherche de haut vol. Sa création est le fruit de la collaboration entre les agences spatiales américaine, russe, européenne, canadienne et japonaise. La mise en orbite de la première pièce du puzzle, le module central d’origine russe Zarya, marque seulement le début de l’assemblage en 1998 car plusieurs dizaines de nouvelles pièces vont être livrées dans la décennie qui suivra. Depuis 1998, une centaine d’astronautes, venant toutefois en grande majorité des pays développés, se sont relayés dans la station spatiale internationale, technologie d’un nouveau siècle, pour travailler sur les effets de l’apesanteur sur la biologie humaine, l’astronomie et la science des matériaux.

Il est clair que le domaine spatial a eu un impact considérable sur la politique internationale de la deuxième moitié du 20ème siècle et constitue, pour paraphraser Neil Armstrong, « un grand pas pour l’humanité ». La diplomatie scientifique a pris le pas dans le but d’étudier un milieu encore peu connu de l’Homme mais dont les secrets seront, on l’espère, bientôt révélées. Depuis 1957, les agences spatiales se sont multipliées et l’exploration spatiale a le vent en poupe. On peut citer notamment la mission spatiale de la CNSA sur la Lune (Programme Chang’e) ou la mission spatiale de l’ISRO sur Mars (Programme Mars Orbiter Mission, Mangalyaan). Toutefois, ces grands projets scientifiques ont été décidés il y a de cela plusieurs décennies et l’avenir de l’exploration spatiale reste encore incertain. Le passage au 21ème siècle correspond davantage à un virage de bord de la politique spatiale en ce sens qu’il marque aussi la rationalisation du secteur et le prépare aux nouveaux défis qui l’attendent comme la crise économique et la mondialisation.  Les applications spatiales et leur commercialisation semblent prendre de plus en plus le pas sur l’exploration, en tous cas en Europe, où le domaine des télécommunications est vu comme le fer de lance de l’économie.

Martin Sarret

#Russie – La vision russe du Cosmos, par Gérard Conio

626788__the-pillars-of-creation_pLes pilliers de la création, © NASA

Gérard Conio, professeur émérite de l’Université de Nancy II, traducteur d’auteurs russes et polonais, nous propose dans ce texte un voyage fascinant dans la pensée russe du début du 19ème et du 20ème siècle. Il explique la relation particulière qu’ont les Russes avec le Cosmos et revient sur l’idéologie du Cosmisme russe, qui justifie la nécessité de la conquête spatiale de l’Homme, à travers de grands auteurs et philosophes russes tels que Nikolaï Fiodorov ou  Alexandre Tsiolkovski.

http://les4saisons.over-blog.com/page-2065720.html

Emission spéciale « Espace »

Lien  http://28minutes.arte.tv/revoir/

Pour la première fois de notre histoire en novembre 2014, un atterrisseur de l’Agence spatiale européenne se pose à la surface d’une comète après un voyage de 185,9 millions de kilomètres. Malgré les difficultés que connait Philae depuis l’atterrissage, la mission Rosetta est un succès et marque un tournant dans la recherche scientifique.  Cette édition spéciale « Espace » de l’émission 28’ sur Arte nous propose de faire le point sur les grandes questions de la science moderne et de l’industrie de l’aérospatial. Les thèmes abordés qui y sont abordés couvrent les problématiques suivantes  : La vie vient-elle de l’espace ? Sait-on concrètement, grâce à Rosetta, comment l’eau est apparue sur Terre ? Quelle place a la France dans le secteur spatial? L’homme va t-il coloniser Mars?

Rosetta_mission_selfie_at_16_km

La sonde spatiale Rosetta s’approchant de la comète Tchourioumov-Guérassimenko © ESA

 Intervenants :

Première partie de l’émission

Cirou, Reeves, Brahic

André Brahic, astrophysicien, spécialiste de l’étude du système solaire

Hubert Reeves, astrophysicien, président de l’association Humanité et Biodiversité, ancien conseiller scientifique à la NASA

Alain Cirou, rédacteur du magazine Ciel et Espace

Deuxième partie de l’émission

Maurice, Sourbès, Haigneré

Sylvestre Maurice, astrophysicien, planétologue

Isabelle Sourbès, chargée de recherche 1ème classe au CNRS, spécialiste des politiques spatiales

Jean-Pierre Haigneré, spationaute

Séminaire Ehess 2014-2015 Cosmos, histoires, représentations, politiques et techniques

Un lundi par mois de 14 h à 17 h  (Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris), du 13 octobre 2014 au 16 juin 2015

Pour cette 3e année, le séminaire va continuer à explorer les différentes dimensions des perceptions du cosmos au filtre de la réalité de l’occupation de l’espace circumterrestre et lointain. Il s’inscrit dans la continuité d’un travail entamé en 2012-2013 et qui a vu dialoguer historiens des sciences, anthropologues, linguistes, géographes et sociologues mais aussi astronomes et physiciens afin de prendre en compte les multiples facettes de la notion. En 2013-2014, nous avons choisi de privilégier une approche centrée sur les tout premiers temps de la découverte de cet espace avec les programmes de fusées-sondes et la mise en œuvre de l’Année Géophysique Internationale. La dimension interdisciplinaire large a été préservée afin de confronter les enjeux concrets de l’époque – la guerre froide – avec ceux des relations transnationales au cœur des approches scientifiques qui se structurent alors. Une place particulière a ainsi été donnée à la relation de l’Europe avec l’Union soviétique et à la place complexe des États-Unis se posant en leader pour la conquête de l’espace au travers d’une approche universaliste.

L’année 2014-2015 continuera cette approche  sur la période des années 1950-1970, en l’élargissant aux imaginaires convoqués par l’espace et en multipliant les références nationales. Nous complèterons le panorama déjà dressé et aborderons la notion de globalisation dans sa dimension culturelle (en particulier visuelle) comme physique (au travers d’une technique comme la télédétection) en mettant en regard les images acquises depuis l’espace et les lectures qui en sont faites. Le séminaire est ouvert à tous les auditeurs intéressés sans formation particulière de base.

Octobre 2014 : John Wilkins’s Universal Language (1668) and representations of the cosmos, John Tresch, University of Pennsylvania

19 janvier 2015 (salle Phoenix, RdC, rue Damesme) : Voir la Terre d’en haut, pourquoi ?, Sebastian Grevsmühl, Université Pierre et Marie Curie

24 février 2015 (Centre Alexandre Koyré) : Penser l’espace proche, quelques questionnements, Isabelle Sourbès-Verger

17 mars 2015 (salle de réunion, 4e étage, rue Damesme) : Aspects politiques et économiques des usages de l’espace, Kazuto Suzuki, Université d’Hokkaido

23 mars 2015 : Cosmic Ice Theory 1894 – 1945, Christina Wessely, Leuphana Universität Lüneburg, Institut für Geschichtswissenschaft und Literarische Kulturen

21 avril 2015 : Perspectives hétérodoxes sur l’espace, de la Renaissance à l’âge classique, Jonathan Regier et Koen Vermeir (REHSEIS – SPHERE, Paris 7)

18 mai 2015 : L’espace et la coopération internationale, programme de recherche. Réflexions sur le projet

16 juin 2015 : Saisir les marges savantes. Quelques réflexions méthodologiques tirées de l’étude des auteurs de cosmogonies scientifiques, Volny Fages, École Normale Supérieure de Cachan

L’espace, nouveau territoire ?

A l’occasion de la semaine spéciale que les émissions Science de France Culture consacrent à l’exploration spatiale, Planète terre s’interroge sur la place de l’espace circumterrestre comme nouvel enjeu territorial. Plus  l’homme explore et parcourt l’espace, plus il le quadrille et le règle comme un territoire. L’espace fait ainsi l’objet d’un droit, d’une géopolitique, d’accords de coopération…, d’exploitation économique, de stratégies militaires (d’une militarisation). Autant de registres qui se développent de pair avec l’exploration scientifique.

Qui sont les grandes puissances spatiales actuelles et à venir ? quels sont les enjeux liés à ce nouveau territoire ?

De gauche à droite : Sebastian Grevsmühl, Isabelle Sourbès-Verger et Armel Kerrest SL © Radio France

 

Espace © Wikicommons

 

La terre vue du ciel (Mer d’Aral, Kazakhstan) © Wikicommons

 

Invité(s) :
Isabelle Sourbès-Verger, chargée de recherche 1ère classe au CNRS, directrice adjointe du Centre Alexandre Koyré.
Sebastian Grevsmühl, post doctorant, Université Pierre et Marie Curie
Armel Kerrest, professeur de droit à l’université de Bretagne, président de l’Association pour le développement du droit de l’espace en France (ADDEF).

 

https://www.franceculture.fr/emission-planete-terre-l%E2%80%99espace-nouveau-territoire-2014-11-12

soutenance de thèse « POLDER and the Age of Space Sciences. A Study of Technological Satellite Data Practices » par Gemma Cirac

POLDER and the Age of Space Earth Sciences. A Study of Technological Satellite Data Practices”.

 

Elle aura lieu le vendredi 19 décembre à 14.30h au Centre  Alexandre Koyré, au 27 rue Damesme (Paris, 75013) dans la salle de séminaires du cinquième étage.

 

Jury :

David Aubin, Université Pierre et Marie Curie

Michel Avignon, Centre National d’Etudes Spatiales

Didier Bazalgette, Direction Générale de l’Armement

Paul N. Edwards, University of Michigan School of Information (rapporteur)

Hervé Le Treut, Institut Pierre Simon Laplace (rapporteur)

Dominique Pestre, Ecole des Haute Etudes en Sciences Sociales (co-directeur)

Isabelle Sourbès-Verger, CNRS-Centre Alexandre Koyré (co-directrice)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes convié(e)s.

Au plaisir de vous y rencontrer,

Gemma Cirac Claveras.

 

Continuer la lecture de soutenance de thèse « POLDER and the Age of Space Sciences. A Study of Technological Satellite Data Practices » par Gemma Cirac

Séance 1 – Le langage universel de John Wilkins et le cosmos – 14 octobre de 14h à 16h au Centre Alexandre Koyré, 5ème étage, 27 rue Damesme, Paris 13.

Nous avons le plaisir de vous inviter à une première séance du séminaire « Cosmos, histoires, représentations, politiques et techniques” (EHESS / Centre Alexandre Koyré). John Tresch (University of Pennsylvania) parlera de la thématique suivante : “Le langage universel de John Wilkins et le cosmos.” Rendez-vous le 14 octobre de 14h à 16h au Centre Alexandre Koyré, 5ème étage, 27 rue Damesme, Paris 13.
Pour plus d’information sur les travaux de John Tresch, veuillez consulter son site : https://hss.sas.upenn.edu/people/tresch

France Inter – l’invité de 7h50 – émission du mardi 29 juillet 2014

« Dans l’espace, l’homme est unique »

La conquête spatiale est-elle toujours un enjeu politique pour les pays ? Pour en parler, Pierre Weill reçoit Isabelle Sourbès-Verger, géographe, chercheur au CNRS et spécialiste des politiques spatiales.

http://www.franceinter.fr/emission-linvite-de-7h50-dans-lespace-lhomme-est-unique

Neil Armstrong © Global News Pointer – 2014

 

Séminaire Ehess 2013-2014 Cosmos, histoires, représentations, politiques

 

Le séminaire de recherche Cosmos prend cette année comme point de départ l’Année Géophysique Internationale (1957-1958), cadre des débuts de l’exploration spatiale, pour interroger les dynamiques historiques de la coopération scientifique à l’échelle globale. Impliquant plus de soixante mille chercheurs de soixante-sept pays (pour ne pas parler des milliers d’amateurs) dans la collection, l’analyse et l’échange de données, l’AGI a permis des progrès spectaculaires dans la connaissance scientifique globale de l’environnement de la Terre. Ce n’est toutefois pas cette coopération à une échelle encore jamais atteinte qui est restée dans les mémoires mais plutôt la compétition symbolique entre les Etats-Unis et l’Union soviétique créant les conditions de la « conquête de l’espace », une notion que le séminaire interrogera sous divers angles.  Qu’il s’agisse du développement des fusées-sondes ou des travaux scientifiques de mesure, d’analyse et d’exploitation de données géophysiques, les différents programmes  ont aussi illustré dans des domaines particuliers des contradictions latentes entre leadership et coopération mais aussi entre objectifs et acteurs civils et militaires.
Les différentes interventions – qui auront lieu de janvier à juin 2014 – recouperont tous ces thèmes en s’appuyant sur des éléments techniques permettant de mieux cerner les réalités d’une époque dont l’influence est encore sensible dans l’organisation et le développement des activités spatiales dans le monde, la variété de leurs perceptions et leurs usages politiques en parallèle de leurs résultats scientifiques.

Programme :

20 janvier de 10 h à 13 h : Les débuts de l’exploration spatiale

  • Jacques Emile Blamont « Les fusées-sondes et la coopération internationale aux premiers temps de l’exploration »
  • Répondant : Isabelle Sourbès-Verger
10 février de 10 h à 13 h : L’atmosphère vue de l’espace
  • Régis Briday « Les scientifiques de la NASA et la construction de l’environnement global »
  • Sebastian Grevsmühl  « Des photographies spatiales à la surveillance environnementale »

20 mars de 14 h à 17 h : L’espace, lieu de leadership

  • John Krige « Les technologies spatiales et les relations entre les Etats-Unis et la France dans les années 1960-1970 »
  • Répondant : Xavier Pasco
28 avril  de 10 h à 13 h : L’espace et ses promesses industrielles
  • Valérie Burgos «  Promouvoir le spatial : la contribution de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale »
  • Répondant : Claudine Fontanon

19 mai de 10 h à 13 h : L’espace et la diplomatie scientifique

  • Isabelle Gouarné « L’accord de coopération spatiale franco-soviétique de 1965 »
2 juin 2014 de 10 h à 13 h: Étude d’un programme spatial en coopération
  • Gemma Cirac « Les satellites Polder et la coopération avec la NASA »

16 juin 2014 de 10 h à 13 h : Exploration de l’espace et analyse des facteurs humains

  • Valery Nosulenko «  Les campagnes d’entraînement de cosmonautes sur le lac Ladoga dans les années 1980 et les études des processus de communications » (date et titre à confirmer)
Deux séances particulières auront lieu à des dates à confirmer
  • Anne-Marie Mainguy « Eléments de mécanique céleste, spatiale, astrodynamique » Cette séance concerne tous ceux des participants qui souhaitent comprendre les conditions particulières des activités dans l’espace.
  • La seconde, se fera autour de la projection de « The Lebanese Rocket Society » film documentaire franco-libanais réalisé par Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sorti en 2013.

Conférence Images environnementales globales, 9 et 10 octobre 2014, Meudon

Programme_ENVIGLOB_Page_1

 

Le GIS Climat-Environnement-Société organise, dans le cadre du projet ENVIGLOB, une conférence internationale intitulée « Images environnementales globales : nouvelles perspectives » qui se tiendra à Paris-Meudon les 9 et 10 octobre 2014.


Résumé
La conférence internationale propose de mobiliser une grande variété de perspectives venant d’un large spectre disciplinaire afin d’analyser les stratégies et les imaginaires liés à la production, la circulation et le pouvoir des images environnementales globales. Des icônes du mouvement environnementaliste en passant par les graphiques d’expert mobilisés par le GIEC jusqu’à l’imagerie satellitaire, les images environnementales globales forment la base sensorielle des processus planétaires qui gouvernent l’« Anthropocène ». Les images participent toutes activement, à des échelles très diverses, à notre interprétation et à notre compréhension aussi bien des changements du système Terre que des conséquences que l’on associe étroitement au changement climatique global. En tant que vrais médiateurs entre différents publics et cultures, entre des processus globaux et des impacts locaux, de nouvelles interrogations sur les images environnementales globales conduisent à une discussion hautement productive des relations complexes entre la science, la société, la politique et la nature.


Programme Programme_ENVIGLOB– présentations en anglais avec traduction simultanée
Inscription gratuite mais obligatoire ici
Pour en savoir plus, rendez vous sur notre site en cliquant ici ou contactez nous sur l’adresse à contact@gisclimat.fr

Continuer la lecture de Conférence Images environnementales globales, 9 et 10 octobre 2014, Meudon